Article Suivant
------------------------------------------------------------

Il est toujours là Anthony Hopkins, venez-le chercher

Revenu sur le devant de la scène avec la tuerie HBO "Westworld", Anthony Hopkins impressionne toujours autant. A 78 ans, son regard et son jeu n’ont rien perdu en intensité. Franchement, il mérite bien un petit hommage vu sa carrière unique.

Il vient de loin, comme Corneille

Originaire d’un petit village gallois, Port Talbot, Anthony Hopkins est le fils d’un boulanger. On est loin de la famille d’artistes qui te prédispose à une petite carrière easy baby. Dyslexique, grosse quiche à l’école car pas intéressé, il finit par rencontrer Richard Burton a quinze ans, lui aussi né là-bas. Et c’est ce dernier qui le motive à intégrer la "Royal Welsh College of Music and Drama" à Swansea, d’où il sortira diplômé en 1957.

Et c’est parti ? Faux ! Il doit partir deux ans en service militaire, dans l’artillerie de la British Army. Après quoi il peaufine son art à la "Royal Academy of Dramatic Art" de Londres. Après ça, il va cramer les planches de théâtre pendant quelques années, apprenant le métier et impressionnant ses partenaires. Si tu te disais qu’il a un comportement théâtral par moments, tu sais pourquoi ! Rien d’étonnant quand on a officié dans de nombreuses adaptations de Shakespeare ("Hamlet", "Othello", "Mac Beth", "Le Roi Lear"), comme si on en était fan…

Téléfilms, biopics et récompenses

Pendant bien vingt ans, Anthony Hopkins multiplie les apparitions à la télé. Dès les années 60, et à fond pendant les années 70 puis 80. Mais attention, le gars faisait dans la qualité et choisissait des rôles peu ordinaires. On notera par exemple une certaine tendance à jouer dans des biopics : les premiers ministres Britannique David Lloyd George ou Israélien Yitzhak Rabbin, le gendre de Mussolini dans "La chute du Duce", Hitler dans "The Bunker", un criminel dans "L’affaire Charles Lindbergh"… Ce qui lui rapporte déjà des récompenses, dont deux Emmy du meilleur acteur pour les deux derniers rôles cités.

Film, Star, Acteur, Hommage, Meilleur, Top, Histoire, Légende, Mythe, Anthony Hopkins, Carrière, Hannibal Lecter, Le silence des agneaux, Théâtre, Téléfilm, Westworld, Nixon, Biopic, Téléfilm
T'avais jamais vu le président Nixon aussi véner.

Ce goût du biopic ne se perdra jamais puisqu’il continue au cinéma, lorsqu’il arrive enfin à passer sur grand écran. Il portera alors les traits de Nixon, Ptolémée ou Picasso. Une façon de tester sa polyvalence en devant respecter au maximum les caractéristiques particulières de personnages vraiment éloignés les uns des autres, du dictateur sanguinaire à l’artiste, en passant par un hors-la-loi, un homme politique ou un astronome.

Une bible du cinéma

Vu sa longévité, celui qui se fait carotte à Noël (né le 31 décembre, je suppute qu’il ne reçoit pas de double ration de cadeaux Noël + Anniversaire) connaît tout le gratin. Que ce soit chez ses collègues comédiens comme chez les réalisateurs. Au début, il a croisé la route de Katharine Hepburn ou Peter O’Toole ("Le lion en hiver"), Judi Dench ("Antoine et Cléopâtre"), Michael Caine, Sean Connery, Robert Redford ("Un pont trop loin"). Puis il fait l’ancien auprès de mec comme Brad Pitt ("Légendes d’automne" notamment) ou Idriss Elba (la 3e fois pour "Thor 3" qui sortira prochainement).

Film, Star, Acteur, Hommage, Meilleur, Top, Histoire, Légende, Mythe, Anthony Hopkins, Carrière, Hannibal Lecter, Le silence des agneaux, Théâtre, Téléfilm, Westworld
Même jeune, il avait déjà un mauvais fond.

Et franchement, vu le nombre de réalisateurs qui l’ont fait bosser, le mec doit toucher sa bille. Il ne s’est pas assuré d’être copain-copain avec un gars et d’enchaîner les films avec lui, il s’est testé auprès de tous. Richard Attenborough et Lester à l’ancienne, Steven Spielberg et John Woo ensuite, Oliver Stone et Darren Aronofsky plus récemment. A chaque fois dans des performances variées, dans des genres différents, auprès de publics disparates.

Le méchant le plus flippant qui ait existé

Si tu as regardé "Le silence des agneaux" trop petit, je te plains. Tu as dû en faire des cauchemars ou psychoter dès que tu croisais un gars au regard aussi glacial qu’Anthony Hopkins. Dans cette adaptation d’un bouquin, il campe le rôle d’Hannibal Lecter, un psychiatre cannibal complètement timbré, manipulateur et sans limites. Même Jody Foster racontait être vraiment balisée quand il se moquait de son accent dans le film… Seulement seize minutes à l’écran, sur les deux heures du film, et hop, un Oscar et un BAFTA du meilleur acteur. Keskiya.

Film, Star, Acteur, Hommage, Meilleur, Top, Histoire, Légende, Mythe, Anthony Hopkins, Carrière, Hannibal Lecter, Le silence des agneaux, Théâtre, Téléfilm, Westworld
Pas besoin de consignes des parents, tu sens direct qu'il est dangereux.

Le film a tellement cartonné en 1992 que les gens voulaient voir la suite. Avec Hopkins dans la place, évidemment. Ce qui fut réalisé en 2001 avec "Hannibal" puis 2002 avec "Dragon rouge". Et oui, dix ans plus tard, il nous faisait toujours flipper. Et si tu mates la série "Westwolrd", tu n’auras pas changé d’avis. En professeur Robert Ford, il prouve que personne ne fait mieux que lui dans ce délire.

Tu dis "Bravo et respect l'ancien" aussi ?
Crédit : theaceblackblog.com, shoebat.com, ilaose.blogspot.com, viralscape.com